Retour

Mutualistes n°331, le magazine trimestriel de la Mucs - Octobre 2016

Le quotidien des aidants familiaux

Au sommaire de ce numéro, l'INSTEP, une importante Scop de formation qui a rejoint la Mucs (page 4). Jacques Landriot, quant à lui, rappelle l’impératif de solidarité coopérative en matière de santé (page 5).

Etienne Caniard a quitté la présidence de la Mutualité Française en juin dernier. Dans l'entretien qu'il a accordé à « Mutualistes » à l’occasion de la sortie de son livre « Mieux soignés demain ! », il pose un diagnostic sans concession sur notre système de santé. Selon lui, l’organisation de l’offre de soins, trop figée, n’a pas su s’adapter aux progrès technologiques et thérapeutiques qu’a connus le monde médical. Il en appelle à un grand débat public associant tous les acteurs : Assurance maladie et mutuelles, soignants et usagers, afin de repenser la place de chacun (pages 8 et 9).

La cryothérapie permet aujourd'hui de détruire certaines tumeurs cancéreuses en les soumettant à un froid intense. Pour le patient, cette technique présente de nombreux avantages : moins de risques opératoires, moins de douleurs, une hospitalisation réduite et une meilleure récupération. Pourtant, seuls une dizaine de centres hospitaliers français la pratiquent. En cause, principalement, le coût élevé du matériel requis (page 10).

Ils sont 11 millions à accompagner régulièrement, dans les gestes du quotidien, un parent dépendant, un conjoint malade ou un enfant handicapé. Une telle responsabilité n’est pas sans conséquences sur leur propre santé : fatigue, isolement, risque d’épuisement physique et mental. Ceux que l’on appelle « les aidants » peuvent heureusement compter sur le soutien d’associations dynamiques. Quant à la législation, elle reconnaît depuis peu le statut de « proche aidant » et le « droit au répit » (pages 17 à 20).

L'association Lire et Faire Lire fête ses quinze ans. Quinze ans déjà que, sur son initiative, des seniors bénévoles se rendent dans les écoles pour raconter de belles histoires aux enfants. Ces rencontres favorisent les échanges intergénérationnels, mais ce n’est pas leur seul objectif.

C’est aussi participer à la prévention de l’illettrisme, qui en France touche 7 % de la population âgée de plus de 18 ans (page 30).